Publié par SYNTEF-CFDT

[Déclaration intersyndicale] “Le droit collectif n’est pas l’ennemi de l’emploi”

[Déclaration intersyndicale] “Le droit collectif n’est pas l’ennemi de l’emploi”

 

PUBLIÉ LE 23/02/2016 À 22H28par CFDT

 

 

Réunies le 23 février 2016, les organisations syndicales CFDT, CFE-CGC, CGT, FSU, Solidaires, Unsa, Unef, UNF et Fidl ont adopté une déclaration commune concernant le projet de loi El Khomri. Elles demandent le retrait de la barèmisation des indemnités prudhommales dues en cas de licenciement abusif et des mesures qui accroissent le pouvoir unilatéral des employeurs et conviennent de travailler ensemble sur la construction de droits nouveaux, et sur les autres articles du projet, notamment, sur les licenciements économiques, le forfait jours, l’organisation du travail et la santé au travail, l’apprentissage.

"Les organisations syndicales de salariés et de jeunesse signataires se sont réunies ce jour pour faire le point sur la situation sociale et économique notamment après la publication du projet de loi dit El Khomri, concernant la modification du Code du travail. Ensemble et à des degrés divers, elles constatent que ce projet, élaboré sans réelle concertation, va profondément changer la législation du travail et comporte des risques pour les salarié-e-s et les jeunes qui aspirent à accéder à un emploi.

Les organisations signataires ne sont pas satisfaites de ce projet et demandent le retrait de la barèmisation des indemnités prudhommales dues en cas de licenciement abusif et des mesures qui accroissent le pouvoir unilatéral des employeurs.

Elles conviennent de travailler ensemble sur la construction de droits nouveaux, et sur les autres articles du projet, notamment, sur les licenciements économiques, le forfait jours, l’organisation du travail et la santé au travail, l’apprentissage…

Les organisations signataires, conscientes des enjeux et des responsabilités du mouvement syndical sont porteuses de propositions et sont disponibles pour engager le dialogue permettant le développement de l’emploi, la lutte contre la précarité et la sécurisation des droits des salarié-e-s.

Les organisations signataires se retrouveront le 3 mars prochain afin d’approfondir leurs analyses." 

Le 23 février 2016

 

         
Une réaction, une question : envoyer nous un mail en cliquant ici       
 

Commenter cet article