Publié par SYNTEF-CFDT

Projet de loi El Khomri : le SYNTEF-CFDT en veut plus !

Accédez à l'intégralité de notre analyse en cliquant sur le lien ci-dessus

Le service public de l’inspection du travail doit plaider pour la construction d’une véritable démocratie sociale.

Les agents de contrôle de l’inspection du travail constatent au quotidien que la démocratie sociale est en panne :

  • Les salariés isolés, faute de trouver dans leurs entreprises des élus du personnel ou des  instances représentatives suffisamment formés, s’adressent directement à l’inspection du travail ;
  • La représentation du personnel est absente ou quasi-absente des TPE-PME, les branches  ne négocient plus, peu ou mal, le taux de syndicalisation est catastrophique ; 
  • Les plus précaires des salariés restent scandaleusement des justiciables de seconde zone.

L’inspection du travail ne peut pallier cette insuffisance de démocratie sociale : ce n’est pas là sa vocation. Face à un tel constat, l’immobilisme ne peut pas être une solution.

C’est pourquoi, dans le débat parlementaire qui s’amorce, nous soutenons les dispositions innovantes susceptibles de dynamiser notre anémique démocratie sociale, voire – projet révolutionnaire s’il en est – de faire émerger la possibilité d’une véritable culture du dialogue social.

Mais le dialogue social suppose un équilibre entre les parties et ne doit pas aboutir à une régression des droits des salariés, notamment dans les TPE/PME. C’est pourquoi nous voulons faire entendre nos revendications non-encore satisfaites.

Le Syntef-CFDT soutient !

  • Les dispositions relatives  à la  rationalisation des branches professionnelles et à la réduction de leur nombre
  • L’affirmation du principe de l’accord majoritaire pour la validation des accords collectifs
  • la possibilité de référendums de salariés, à la demande exclusive des organisations syndicales
  • Le renforcement de la place et du rôle du syndicat dans l’entreprise

Le Syntef-CFDT s’oppose !

  • Aux modifications de la définition du motif de licenciement pour motif économique 
  • Au transfert aux conseils de prud’hommes des contestations des avis du médecin du travail 
  • A la dégradation de la situation en matière de durée du travail

Le Syntef-CFDT veut plus !

  • En matière de négociation dans les entreprises, notamment dans les TPE/PME
  • Oui, le projet El Khomri « n°2» est perfectible et doit être encore amélioré

Le Syntef-CFDT ne donne de chèque en blanc à personne. Avec nos militants, nous restons mobilisés jusqu’à l’issue du débat parlementaire.

…Faut qu’ça bouge !

Commenter cet article