Publié par SYNTEF-CFDT

SYNTEF-CFDT -- En DIRECCTE Ile de France le jeu des égoïsmes, ou des économies de bouts de chandelles ?

Cliquez sur le lien ci-dessus pour accéder à l'intégralité de notre communication.

Le 17 novembre 2017, la section régionale du SYNTEF-CFDT a interrogé le secrétaire général de la DIRECCTE Île-de-France qui, de façon officieuse, a décidé que dorénavant les temps de trajets des agents de la DIRECCTE dispensant des formations pour le compte de l’INTEFP et du Ministère du Travail, ne seraient plus décomptés comme du temps de travail… retenant une interprétation biaisée du Décret n°2007-1470 du 15 octobre 2007 relatif à la formation professionnelle tout au long de la vie des fonctionnaires de l'État et de son article 3. En l’absence de réponse de sa part, notre syndicat est intervenu auprès de la DRH qui s’est montrée à l’écoute de nos légitimes préoccupations.

Nous vous présentons, en pièce jointe, la déclaration préalable faite lors de la dernière réunion du Conseil d’Administration de l’INTEFP, le vendredi 1er décembre 2017.

Deux questions se posent :

  • Cette intention de la DIRECCTE Ile de France est-elle acceptable ? Pour le SYNTEF-CFDT, NON.
  • Est-elle inquiétante ? OUI, car il n’y a pas de limite dans la défausse. Aujourd’hui, il s’agit des temps de trajet pour les formations, demain des temps de trajet pour les réunions de préparation. Et enfin, dans un avenir qui peut ne pas être si lointain, les réunions de préparation et les formations elles-mêmes.

Le SYNTEF-CFDT ne peut s’y résoudre, sauf à ce que l’INTEFP prenne en charge les salaires non-versés, comme le suggère cette DIRECCTE… Mais l’INTEFP n’en a pas, nous en sommes persuadés, les moyens.

Commenter cet article