Publié par SYNTEF-CFDT

SYNTEF-CFDT - Etat des lieux de la négociation en cours sur l'avenir des Contrôleurs du travail

Pour un état des lieux complet sur l'état des négociations en cours, cliquez sur le lien ci-dessus.

Pour accéder aux résultats du sondage auprès des Contrôleurs du travail, cliquez sur le lien ci-dessus.

Au 31/12/2019 le plan de transformation de l’emploi (PTE) des Contrôleurs du travail aura permis de promouvoir 1 538 collègues dans le corps de l’Inspection du travail.

Dès le début le SYNTEF-CFDT aura été clair en s’engageant en faveur du PTE, allant jusqu’à faire intervenir sa Confédération pour garantir le maintien de la promotion par liste d’aptitude dans le texte soumis au Parlement, alors que d’autres OS agissaient auprès des groupes parlementaires pour faire capoter ce qu’elles rejetaient de façon idéologique. De la même façon la CFDT a pesé pour que les nouveaux pouvoirs de l’Inspection ne passent pas à la trappe.

A l’idéologie la CFDT préfère le pragmatisme dans le cadre du dialogue social.

Aujourd’hui d’autres organisations syndicales se montrent enfin favorables au PTE… Quel dommage que nous n’ayons pu peser ensemble auprès du Ministre SAPIN pour obtenir davantage de promotions et une liste d’aptitude plus favorable… Car aujourd’hui la Ministre PENICAUD ne semble pas avoir de poids politique suffisant face au Guichet Unique (DGAFP et Direction du Budget) pour promouvoir un nouveau PTE.

Le SYNTEF-CFDT ne peut se satisfaire d’une situation qui laissera en 2020 près de 900 agents sans solution, près de 400 en 2024, selon les départs en retraite prévisionnels, alors que les besoins du système d’inspection du travail (SIT) sont déjà alarmants.

C’est dans ce contexte que des négociations sur l’avenir des Contrôleurs du travail se sont ouvertes le 3 octobre 2017. Le SYNTEF-CFDT vous délivre l’état des lieux de la négociation toujours en cours, avec les propositions avancées par l’administration et le Cabinet.

Dès le départ le SYNTEF-CFDT a souhaité mener de pair les discussions sur les solutions statutaires et les parcours professionnels, l’un et l’autre étant liés pour envisager des solutions à combiner. Nous n’avons pas été suivis.

De même le SYNTEF-CFDT a souhaité que l’avis des Contrôleurs du travail soit recueilli. Là encore nous avons été isolés. Nous vous avons alors invités à remplir un sondage  dont nous vous livrons aujourd’hui les résultats.

Si la moitié des Contrôleurs souhaite continuer à exercer leurs fonctions au sein du SIT, pour les 2/3 d’entre eux c’est bien leur parcours professionnel, en termes de contenu du métier et d’activités exercées,  qui doit être stabilisé et accompagné.

Ça tombe bien ! Au vu de la pyramide des âges le SIT aura bientôt besoin de tous ces professionnels déjà formés.

Entre 2020 et 2022, 422 Inspecteurs partiront à la retraite : ce n’est pas au rythme actuel des postes ouverts que le SIT pourra fonctionner, quand 479 Contrôleurs seront partis en retraite sur la même période. Les services devront donc faire avec 901 agents en moins !

Pour la CFDT l’administration doit garantir l’avenir du système d’inspection du travail en revoyant à la hausse ses propositions de revalorisation.

La CFDT Fonctions Publiques a saisi le Ministère de la Fonction Publique afin d’ouvrir un plus grand espace de dialogue.

 

Commenter cet article