Publié par SYNTEF-CFDT

 

La crise pandémique ne justifie pas tout. Elle ne justifie pas l’opacité qui s’installe actuellement en matière d’attribution des primes –CIA, « prime Covid »- et d’évolution des carrières. Elle ne justifie pas que l’évaluation des agents s’effectuera cette année hors de tout cadre, en toute illégalité et sans même échanger avec les agents concernés.

 

Car c’est bien ce qu’il se passe, au tournant de l’été et dans la discrétion du déconfinement progressif : les parts de CIA et de prime covid sont sur le point d’être distribuées (« modulées » faut-il dire) de manière discrétionnaire, sans échange avec les agents, dans le secret des petits comités et dans l’urgence (voir instruction du 22 juin 2020 prime covid ).


Urgence y avait-il ? Nous le contestons, et nous y voyons plutôt la confirmation, une fois de plus, de l’incompétence de ce ministère à gérer ses agents.

 

Cette incompétence en matière de RH est connue, la Cour des Comptes l’a précisément identifiée dans son dernier rapport rendu public (« Bilan de la transformation de l’inspection du travail ») : « l’absence de stratégie des ressources humaines » a été « dommageable » pour tous les acteurs des services concernés.

 

Ceux pour qui la gestion RH n’est jamais que du « flicage » se satisferont peut-être de cette politique du pire. Pas nous !

 

Nous estimons au contraire que l’attribution des parties variables des rémunérations doit être fondée sur des critères connus à l’avance des agents et discutés avec eux, et que les décisions d’attribution doivent s’inscrire dans des procédures contradictoires, ouvrant  le cas échéant à recours.

 

 

Ce contournement des procédures entretient de plus des situations de désorganisation des services, dont il faut s’inquiéter.

 

Car la désorganisation récurrente des services n’est pas sans donner des idées à ceux qui voudraient, une fois de plus…réorganiser !

 

Il est urgent, comme le souligne la Cour des Comptes, de rebâtir une véritable politique des ressources humaines, qui respecte les agents et tient ses engagements.

Commenter cet article