Publié par SYNTEF-CFDT




 


Sur les 35 heures, le gouvernement choisit l'affrontement



Dans un entretien au Monde à paraître jeudi 29 mai, François Chérèque, le secrétaire général de la CFDT, répond au gouvernement qui s'apprête à mettre fin aux 35 heures, dans le projet de loi sur la représentativité et le temps de travail. Selon lui, "le gouvernement choisit de s'affronter à la CFDT et la CGT, qui plus est sur un sujet identitaire pour la CFDT, celui du temps de travail. Il organise la fin des 35 heures dans la réalité".

M. Chérèque estime qu'il s'agit d'"une mise en cause de la légitimité de nos deux organisations". "C'est un affront ou défi, en tout cas une provocation", dit-il.

"MOBILISATION GLOBALISANTE"

Dans cet entretien, M. Chérèque explique qu'en riposte à l'initiative du gouvernement, "l'élargissement de la mobilisation sur les retraites à la question du temps de travail est clairement posée". "Avec ce texte, le gouvernement nous amène à réagir simultanément sur le temps de travail et les retraites. Cela nous entraîne dans une mobilisation globalisante, ce contre quoi j'ai toujours résisté y compris dans la CFDT."
Pour le numéro un de la CFDT, "on est dans l'instrumentalisation d'un accord des partenaires sociaux pour régler un problème entre la majorité et le gouvernement, c'est inacceptable". "Je me demande comment, demain, je pourrai faire croire à mes militants qu'en signant un accord, on a la parole et la garantie du gouvernement qu'il respectera notre signature. C'est la première fois qu'un ministre du travail rompt cette confiance, alors qu'il est là pour la renforcer", ajoute-t-il.



Rémi Barroux - Le Monde - 28 mai 2008

Commenter cet article