Publié par SYNTEF-CFDT




Mise en place de CHORUS
Quel devenir pour les agents et les services ?




Qu'est-ce que CHORUS ?

Le programme informatique « CHORUS » vise à mettre à la disposition de l’ensemble des administrations de l’État, tant au plan central que déconcentré, un outil commun de gestion financière, budgétaire et comptable conformément aux principes édictés par la LOLF.

Cet outil informatique remplacera les applicatifs interministériels existants et remplacera à terme les applicatifs de gestion propres à chaque ministère.

CHORUS est aussi la partie financière de la RGPP. Il s'agit pour l'État de faire des économies en essayant grâce à ce progiciel de rationaliser et rendre plus efficace la dépense publique. Mais il s'agit aussi de réduire la voilure de l'État en mutualisant les services et en économisant du personnel. Quel qu'en soit le prix.

Car en réalité, et comme c'est souvent le cas lorsque l'on parle de l'informatique publique, la mise en place de ce nouveau système CHORUS est pour le moins hors de prix. CHORUS est né d'un échec, celui du progiciel « ACCORD 2 » qui devait mettre à jour le système informatique de gestion budgétaire de l'État et le rendre ainsi « LOLF compatible. » En fait de compatibilité, tout le système s'est avéré parfaitement instable. Le coût de cette mise à jour désastreuse : 472 Millions d'Euros ! C'est alors que naît le projet CHORUS appelé à remplacer le progiciel défaillant et dont la construction a été attribué par voie de marchés publics. Coût de ce nouveau logiciel : 770 millions d'Euros. À cela s'ajouteront le coût des licences (dont l'État n'a pas su être propriétaire !) et du fonctionnement, qui sont évalués à 100 Millions d'Euros par année. Vive les économies budgétaires !

CHORUS va toucher tous les services financiers centraux et déconcentrés de l'État et donc les futures DIRECCTE et Unités Départementales. Sa mise en place dans nos services était officiellement prévue au 1er janvier 2010 mais nous savons que la date du 1er janvier 2011 serait officieusement mais finalement retenue pour les DIRECCTE (et donc les UT qui ne gèrent plus de crédit.) La CFDT pense impératif ce délai supplémentaire pour toutes les raisons que nous allons développer. 

Quelles conséquences pour les services ?
...   
        

                                                                               Pour lire la suite du document, cliquez ici





Commenter cet article