Publié par SYNTEF-CFDT

ballon 

 

Compte rendu de la CAP des Contrôleurs du Travail

du 10 mai 2011

 

 

 

Déclaration préalable

 

Le SYNTEF-CFDT veut exprimer sa très profonde tristesse à la suite du décès brutal de Luc BEAL-RAINALDY avec lequel nous avons partagé de nombreuses  luttes syndicales et d’autres combats humains.

 

Nous ne pourrons jamais oublier son engagement pour les autres.

 

L’ensemble des militants et des adhérents du SYNTEF-CFDT pense particulièrement à sa femme, à ses enfants, à ses collègues et les assure de leur plus sincère sympathie dans ces moments difficiles.

 

Il est aussi temps de réfléchir à ce qui a pu conduire à un tel geste.

Car au delà de difficultés personnelles qu'il a évoquées, Luc BEAL-RAINALDY a voulu donner un sens à son suicide. Son désespoir l'a conduit à un acte qu'il a voulu rendre significatif. Si ce message ne doit surtout pas être imité ; il mérite qu'une réflexion soit menée. La CFDT affirme que cela est justifié et demande à l'administration de prendre pleinement ses responsabilités à ce titre. Pour le passé et pour l'avenir.

 

La CFDT vous a saisi directement à plusieurs reprises sur les difficultés rencontrées par de nombreux agents au sein de nos services. Nous vous avons rappelé au travers de différents tracts nationaux ou régionaux les difficultés qu’ils rencontrent au quotidien ; Ils sont broyés par une réforme de l'Etat irréfléchie. Toujours moins d'effectifs, plus de performances pour chacun, dans un environnement de travail de plus en plus inhumain. On vous met dans une barque qui prend l'eau, et à vous de ramer. Et quand les organisations syndicales  tirent la sonnette d'alarme, on les méprise. Comme on ne les a jamais méprisées.


Ce mépris dispense d'affronter les vrais problèmes et permet aux politiques de ne pas voir la vérité en face.

 

Les agents des services publics ne sont pas des jouets et n'ont pas à subir les conséquences d’expérimentations idéologiques autour d'un libéralisme dont personne ici ne veut.


Non, le décès de Luc, dans les locaux de la DAGEMO, ne doit pas rester sans suite. Il est urgent de mener une réflexion sur les conditions de travail, et surtout les causes de la souffrance des agents ou ici de leurs représentants.

 

Nous voulons avoir de l'espoir dans le désespoir.

 

Pour lire la suite du compte-rendu et les tableaux de mutation, cliquez ici

 

 


Commenter cet article