Publié par SYNTEF-CFDT

 logo_400.jpg 

 

Compte rendu de la CAP de l’Inspection du Travail

du 10 mars 2010

 

Cette CAP intervient un peu plus d’une semaine après qu’un IET se soit vu refuser sa titularisation et juste après la généralisation des DIRECCTE et Unités Territoriales des DIRECCTE sur l’ensemble du territoire ; sans d’ailleurs qu’à ce jour ces nouveaux services déconcentrés aient une réalité tangible dans les régions.

 

Sur la situation de l’Inspecteur élève « recalé » lors du jury de fin de formation, la CFDT doit regretter une fois encore que cet IET ait été contraint de se positionner sur un poste « emploi », aux contours particulièrement mal définis, comme une quarantaine de ses collègues, pour la moitié d’entre eux sur des postes de Chargé de Mission Animation Territoriale.

 

Vu l’environnement institutionnel de son poste, vu les difficultés à être accompagné correctement durant sa période de pré-affectation, le collègue sanctionné n’a pas été dans des conditions satisfaisantes pour préparer son Diagnostic Plan d’Action (DPA). L’INTEFP, comme bon nombre de ses collègues élèves, connaissaient parfaitement sa situation et son isolement. L’INTEFP n’a pas forcément tout mis en œuvre pour l’aider à faire face à ces difficultés.

 

Souvenons nous que l’ancien DAGEMO avait promis que les primo-affectations des IET se feraient progressivement et majoritairement sur des postes en section. Ce qui était une revendication partagée par l’ensemble des organisations syndicales. La fusion mise en œuvre fin 2008, a invalidé cet engagement ; pire la DAGEMO a dû demander, en catastrophe,  aux Directions Régionales de proposer des postes sur le champ emploi à défaut du champ inspection. Nous répétons encore une fois que les postes de Chargés de Mission Animation Territoriale (CMAT) ne sont pas des postes devant être attribués à des Inspecteurs du travail dont ce n’est pas la mission.

 

Sur la CAP

 

Outre le fait qu’il soit regrettable de ne pas avoir convoqué une CAP pour l’ensemble des corps de catégorie A, nous nous interrogeons sur la pertinence juridique des consultations prévues à cette CAP (...)


 

Pour lire la suite du compte-rendu partiel, cliquez ici

 


 

 

 

Commenter cet article