Publié par SYNTEF-CFDT

M67641880946252281

Totem et tabou
de l’inspection du travail
« à la française »

 

 

 

L’occasion nous est donnée dans les semaines qui viennent de réfléchir ensemble à nos métiers. Saisissons là !

 

Mais saisissons-là vraiment ! Pour que ces débats soient fructueux, nous devons nous garder de nos propres a priori, de nos propres discours parfois trop formatés.


Eh oui, comme toute collectivité, nous avons nous aussi nos petites habitudes de pensées, nos préjugés, non-dits, clichés… Rien de bien grave après tout, car rien de plus courant.

 
Ces idées reçues, maintes fois entendues, et que les meilleurs d’entre nous se surprennent parfois à psalmodier dans un état second comme d’autres récitent des mantras, on sent bien qu’il est délicat de les mettre en doute, qu’à les contester on risque de froisser certains, d’en heurter d’autres.

Serait-il tabou de les remettre en cause ???


Si vous n’avez pas encore rageusement froissé ce tract, si vous ne l’avez pas jeté à travers votre bureau ou destiné à d’autres usages plus infâmants, vous aurez peut-être le courage de continuer cette lecture et de voguer, avec nous, vers … les rives incertaines de la pensée non-unique.

 

pour lire la suite du document, cliquez ici !

 

(c) Tract rédigé par le SSR d'île de France

 

 

 

 

Commenter cet article

AF 01/03/2013 14:38


Enfin une organisation syndicale qui se soucie vraiement des contrôleurs du travail. Nous en avons assez d'attendre le bon vouloir des uns et des autres pour obtenir une revalorisation de notre
salaire. A la fin du mois ce sont toujours les mêmes qqui trinquent. Y en a marre des gens qui ne pensent qu'à eux. merci à vous.

T.E 27/02/2013 16:56


 Bravo pour un tel tract ! Il détonne dans son style qu'on a l'habitude de voir plus posé à la CFDT. Mais l'angle humoristique révèle derrière cela toute l'impossibilité actuelle de se poser
des vraies questions, pourtant essentielles !


 encore bravo, et courage dans un univers où il est difficile de faire entendre une autre voix que celle de ceux qui gueulent tout le temps !

Dominique SANDER 27/02/2013 11:49


Bonjour


Je suis assez d'accord avec ce texte, pour le cas où un agent qui n'esqt pas dans l'inspection du travail peut avoir un avis.


Toutefois, je pense qu'il faut prendre en compte les sentiments de frustrations compréhensibles de certains collègues qui ont joué ou jouent le jeu du passge de concours ou qui croient ou
croyaient à la fonction d'encadrement de l'inspecteur du travail. Il y a aussi une phase de transition assez compliquée à gérer avec ceux qui n'auront pas réussi l'examen professionnel ou qui ne
souhaitent pas vraiment debvenir inspecteur tout en restant à l'inspection. Bref, la précipitation sans doute liée à une fenêtre obtenue auprès du ministère des finances et à l'impossibilité
d'avoir un réel dialogue social avec certaines organisations nuit à une réforme qui puisse faire l'objet d'une sorte d'adhésion.


Par ailleurs, il ne faudrait pas oublier que tout le monde dans ce ministère ne rêve pas de devenir inspecteur du travail, même en se rasant le matin pour les mecs.


Les textes sortis me font penser que certains d'entre nous seraient assez contents d'un minitère exclusivement concentré sur ses fonctions régaliennes en intégrant des bouts de services plutôt
rzattachés au Pôle emploi (SAP, SRC...)


Je n'ai pas entendu ou vu d'expression sur la mise en place de la PFR pour les seuls attachés ou sur la titularisation des contractuels. Les attachés ^ressentent un certain délaissement sur ce
sujet et ont l'impression d'être moins bien traités dans notre ministère que dans d'autres ministères, y compris la partie affaies sociales.


De même, les services généraux ou fonction support ainsi que les services du Pôle 3E sont fortement impactés par les réformes en cours et par la décentralisation.


En ce qui concerne les services emploi, la nouvelle mouture de la loi de décentralisation remet au goût du jour le passage à la région de tout ou parie de la compétence emploi. De tendance
décentralisatrice, j'émets des doutes sur le fait de donner la compétence emploi aux régions. En effet, y a t-il une véritable réflexion sur l'intérêt des publics ou sur la cohérence et
l'efficacité de l'action sur l'emploi. Le fait d'avoir rajouté de nombreux intervenants dont les sous préfets, voire les MDE a déjà parfois beaucoup nui à l'efficacité ou au partenariat.
Malheureusement, l'action des collectivités locales est bien souvent entâchée de clientélisme plutôt que dans l'intérêt des publics. Petite remarque : on était censé faire des économies dans la
fonction publique et donc on a rajouté les sous préfets dans la boucle qui ont de ce fait mis un agent sur le sujet ! Enfin, dans le plan objectif 2015 de Pôle emploi (qui par ailleurs me paraît
très bien), il y a de fait un transfert potentiel de certaines tâces effectuées en DIRECCTE vers Pôle emploi.


Ma problématique n'est pas de dire que c'est à priori mieux de garder toutes ces fonctions à l'Etat et en particulier aux DIRECCTE mais il faut savoir dans quel objectif on effectue des
transferts de mission.


En tout cas, c'est vrai qu'il y aujourd'hui plus de risques de perte de missions du côté de l'emploi que du côté de l'inspection du travail


Dominique SANDER

CD 26/02/2013 13:17


Qui a fait ce texte ? c'est plutôt pas mal, même si je le trouve un peu trop optimiste sur l'avenir... on peut le diffuser à qui ?